Si vous n’avez pas lu le précédent article sur le premier blog, nous sommes en expérimentation aussi sur le site. Nous voulons faire grimper des plantes sur une structure, des plantes diverses et variées.

Jusqu’ici, tout va bien, même si le temps maussade a fait prendre du retard à la levée des plantes, toutes les plantes. Malgré quelques petites attaques voire des plantes qui n’ont pas tenu le coup, nous nous en sortons bien. Désormais le temps est de la partie, il fait beau, il fait chaud et le sol est humide, toutes les conditions sont réunies.

Nous testons donc 2 choses sous plusieurs aspects.

Nous voulons voir comment se débrouillent des plantes avec une plantation dense, voire hyper dense, voire comment elles vont croître et s’accrocher sur la structure ou les guides et comment ce petit monde va évoluer.

Nous espérons aussi un rendu visuel agréable, parce que, tant qu’à faire ce test, autant qu’il soit aussi beau à regarder.

Nous avons donc des courges (patisson, butternut, patidou, giraumon, courgette, etc…) essentiellement, avec des épinards-fraises, des tomates, des haricots (nains et à rames), des aromatiques (thym, basilic) et des fleurs (lavatère, soucis, capucine) et aussi des salades, de la ciboulette, de l’anis vert, de la réglisse, du fenouil et j’en oublie certainement.

Nous testons donc sur un espace restreint (environ 20m² donc au maximum 15 sont occupés) une hyper densification de plantations diverses et associées.

Nous ne savons absolument pas où nous allons, si ça va marcher ou pas, ce qui va marcher ou pas et si nous allons manger correctement avec. Ce que nous savons, c’est que nous avons l’espace nécessaire pour faire ce test et que nous voulions le faire pour savoir et apprendre de ce que nous allons découvrir les prochaines semaines. Nous avons besoin de ces informations pour continuer notre aventure.

Pourquoi faisons-nous ce test ? Pourquoi pas !

Simplement pour apprendre et développer des techniques supplémentaires associées à notre sol, à notre terrain afin d’affiner nos techniques pour continuer à produire mieux et suffisamment pour nous nourrir et ensuite en vivre.

Nous trouvons énormément d’informations grâce à internet, mais ce n’est pas notre sol, notre terre, notre localisation géographique. En gros, ce n’est pas chez nous,et donc nous ne savons absolument pas ce qui marche et comment ça pourrait réellement marcher.

Nous avons donc besoin d’en avoir le cœur net avant de continuer. Nous avons les opportunités, les moyens et le temps pour le faire, alors nous le faisons.

Nous partagerons autant que possible cette expérience ici et ailleurs, pour qui veut savoir et apprendre. Nous n’avons aucune prétention de quelque ordre que ce soit, nous partageons simplement cette expérience.

Voici où nos en sommes pour l’instant en quelques photos: les 4 premières pendant le temps maussade de fin Mai/début Juin, les autres de ce matin (8 Juin 2016)

 

La suite le mois prochain pour constater les changements, si ça grimpe ou pas, si ça produit ou pas.

[MAJ 25/06/2016]: la suite est désormais disponible ici.


7 commentaires

Pierre MOUROTTE · 9 juin 2016 à 8h51

Bonjour,
Très intéressant ! Je suis curieux d’attendre la suite…

Qq questions :
Vos piquets en bois : quelle section et quelle hauteur ?
La structure en métal, une serre pro sans couverture ? Quelle largeur et hauteur ?
La ficelle, classique ?
Les buttes, quelle hauteur ? Quels avantages des buttes selon vous ?

Merci !

    Christophe · 9 juin 2016 à 9h05

    Bonjour,
    la structure est celle d’une serre vendue dans le commerce pour les particuliers (serre de 18m²). Nous en avions acheté 2, nous gardons la bâche de la seconde en remplacement pour la première serre. Elle fait 6mx3mx2m.
    Les piquets sont de piquet diamètre 40 ou 50 (je ne me rappelle plus exactement) de 2 m placé à chaque intersection de tubulaire.
    La ficelle est tout ce qu’il y a de plus classique (fibre naturelle).
    Les buttes, c’est assez difficile à dire, car nous avons creuser les allées pour déverser la terre de chaque coté. La base de la structure est enterrée, nous sommes soumis au vent. Il a donc fallu creusé pour permettre le passage sans se cogner la tête. Les buttes font autour d’1 mètre de large (environ) sur 6m de long.

    Pour nous les buttes vont nous permettre de gagner en profondeur ce que nous perdons en espacement entre les plants. Enfin, nous l’espérons, car pour l’instant c’est très théorique. Dans la pratique, nos plants ne souffrent pas, ils poussent bien, surtout depuis le retour du soleil et l’arrivée de la chaleur. Elles serviront aussi de réserve d’eau, avec le brf servant de couverture.

    Tout ceci sera évidemment à confirmer dans les semaines qui viennent.

    Merci de votre intérêt

Roussel · 10 juin 2016 à 14h04

Désolé si ce commentaire peut paraître désagréable, mais la consommation de chat est interdite même si ils sont grimpants ! 😉

    Christophe · 10 juin 2016 à 15h10

    Y-aurait-il un chat sur mes photos du tunnel par hasard ?
    Ce n’est pas pour la consommation, c’est le gardien du tunnel, impitoyable avec les rongeurs et les oiseaux.
    C’est l’équivalent du sphinx des pyramides… 😉

fred · 11 juin 2016 à 14h09

pour parfaire la curiosité, les poteau sont en diamètre 47 mm , de basiques poteaux en pin . Les buttes pour la profondeur (grosse palque calcaire en dessous, nous sommes en charente maritime)et aussi pour l’esthétique, ça permet de mettre plusieurs lignes de plants, et perso je suis petite donc au dela de 40 cm de largeur je ne peux pas récolter donc ce qui n’est pas dans la largeur est en contrebas voilà.

Ça pousse, ça grimpe… – Les PermaFraises · 25 juin 2016 à 20h23

[…] Le tunnel à grimpants […]

Ça pousse, ça grimpe... | Les PermaFraises - Quod Hortus Philosophus · 13 novembre 2020 à 14h08

[…] Le tunnel à grimpants [MAJ 25/06/2016] […]

Le lien interne vers la bonne adresse a été mis à jour

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :