Comment notre première serre
retrouve sa fonction initiale

Cette serre est la première que nous avons mis en place. Nous avons choisi son emplacement avec soin, et les cultures que nouos pouvons y faire aussi en fonction de l’aspect tempéré qu’elle a en toute saison.

Elle profite de l’évapotranspiration des la haie toute proche, sans pour autant trop subir l’ombre projetée par celle-ci.

Elle nous permet d’avoir des cultures d’hiver sous protection, mais aussi de prolonger des cultures de pleine saison, voire de mettre sous protection certaines cultures d’été afin de conserver les pieds et les faire repartir à la saison suivante, comme des poivrons ou des aubergines par exemple.

Il a donc fallu lui fournir ce qui lui manquait cruellement depuis bientôt 2 ans, une bâche digne de ce nom. Elle a désormais une bâche diffusante.

La serre Pépé de nouveau habillée

Cette bâche a plusieurs avantages. Elle permet d’avoir une très bonne diffusion de la luminosité et protège de la morsure d’un soleil trop forte, et donc évive la brûlure des fruits. Elle permet aussi de conserver une bonne chaleur à l’intérieur, sans pour autant concentrer l’humidité.

Pour ce dernier point, nous avons de toute façon notre truc pour l’éviter.

Cultures déjà présentes dans la serre Pépé

Vous pouvez voir l’intérieur de la serre « Pépé », avec dans les allées des copeaux de bois, qui absorbent et régulent l’humidité à l’intérieur de la serre.

Nous en utilisons en fine couche au pied des cultures, en compléments de la litière des chevaux fournie par nos voisins.

Le tout associé nous permet d’avoir des espaces de cultures sous abri sains.

Vous pouvez d’ailleurs apercevoir le nouveau locataire des lieux, au premier plan, notre citronnier. Ensuite quelques poireaux (semis spontanés), ainsi que quelques pieds de basilic, et notre rhubarbe historique au fond à gauche.

Ici, la bâche arrivent juste, donc un petit aperçu de l’existant en photos ci-après:

Quelques cultures

Quelques pieds de poivrons, un pied d’aubergine, des poireaux, au fond la stévia en pot et la plante fromage.

En cours, les plants de pâtisson blanc, avec quelques fruits en bonne voie.

Pâtisson blanc
La rhubarbe de Pépé, et sa gardienne

Et comme rien ne manque jamais, sous les feuilles de rhubarbe, un de nos chats, minouche qui surveille les manœuvres en cours dans la serre de nouveau bâchée.

Nous allons, pour passer l’hiver, lui confectionner une porte d’entrée sur mesure.

Et pour clôturer, nous allons réfléchir et mettre en place des protections hivernales à l’intérieur pour essayer de conserver les pieds de poivrons et aubergines, ainsi que le citronnier. Des voiles d’hivernage devraient faire l’affaire, en faisant en sorte de ne pas toucher les feuilles de ces plants, comme nous le faisons dans la « Cathédrale » depuis plusieurs années maintenant.

Affaire à suivre…


0 commentaire

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :