Ou comment 2 choses inattendues se sont produites depuis la fin de l'année dernière...

Depuis la fin de l’année 2019, nous avons mis en place, afin d’essayer de garder en vie le pied de poire-melon, un petit dispositif assez simple.

Le pied de poire-melon est sous serre, dans la Cathédrale, car après un essai en extérieur et une expérience presque traumatisante d’un hiver très froid (imaginez -10°C le soir pendant 10 jours, en Charente-Maritime et des températures à 0 la journée) où nous avions perdu 2 pieds, nous avons voulu nous assurer la conservation d’un pied.

C’est chose faite, ça a très bien fonctionné, sous serre, avec un voile d’hivernage les soir de gel et le poire-melon a survécu, au-delà de nos espérances même.

Il faut aussi savoir que cet hiver, si nous avons eu 5 jours de gel cumulés, c’est vraiment le maximum. Voire même, ne faisant pas exception avec le reste de la France, l’hiver a été très doux, certains jours chauds. Donc il s’est passé ce qui devait se passer, le poire-melon est resté en vert, mieux, il a fleuri et fait des fruits.

Mais ces derniers temps, il a fait bien plus chaud et plus sec, et donc les pucerons sont arrivés, évidemment. Mais aussi…

Larve de coccinelle
Larve de coccinelle

Pour celles et ceux qui se demandent ce que sont ces insectes sur les photos ci-dessus, ce sont des larves en fait, c’est le stade avant la coccinelle. Et à ce stade, c’est très vorace, mais pas pour les feuilles de notre poire-melon, pour les pucerons. Pour pouvoir devenir coccinelle, ces larves vont consommer énormément de pucerons, et donc réguler leur population.

Larves et futures coccinelles
À droite le stade "avant", et à gauche le stade "après", juste avant la coccinelle

Le poire-melon est donc en phase de « traitement » naturel par larves de coccinelles. Vous pouvez d’ailleurs voir différents stades d’évolution des coccinelles sur les photos au dessus, larves puis la phase avant la coccinelle.

Nous voyons déjà les points...
Comme une mue
Future coccinelle bientôt prête
A quel stade ?

Vous pouvez voir sur ces photos les différents stades d’évolution de ces insectes si précieux.

Nous pensons que certaines d’entre elles sont venues trouver refuges dans la cathédrale cet hiver, et qu’elles ont donc trouver tout naturellement leur nourriture sur le poire-melon.

D’autres ont du venir de l’extérieur.

Pourquoi donc un si grand intérêt pour ces auxiliaires du jardin, simplement parce qu’exceptionnellement, cette année, les poires-melons ont fructifié même cet hiver…

Fleurs de poire-melon
Poires-melons presque mûrs

Voici donc les fleurs et les fruits des poires-melons, la fleur ressemble à celle d’une tomate, la famille est d’ailleurs la même, et les fruits en forme de poire.

Comme le soleil est revenu, le sucre a commencé a arriver dans les fruits, nous permettant d’ors et déjà à les consommer. Le goût est très proche d’un melon d’eau, un fruits d’été au printemps, ce n’est pas si mal, et c’est notre récompense pour le soin que nous y avons apporté depuis un an maintenant.


3 commentaires

Jean Claude Divet · 12 avril 2020 à 17h23

Je suis très admiratif pour le travail que vous effectuez tous les deux. Bravo !!

    Christophe · 12 avril 2020 à 18h29

    Merci Jean-Claude, c’est trop d’honneur…

    Jean Claude Divet · 13 avril 2020 à 4h28

    Bon courage pour la suite pendant la période que nous connaissons. Prenez bien soin de vous deux. A bientôt !!

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :