Lorsque l’on part d’une « feuille » vierge, donc d’un terrain qui tient plus de la prairie au sol tassé, il est possible de faire en sorte d’avoir les plantes que l’on veut. Mais dans ce choix de plantes, les aromatiques, officinales et médicinales nous ont paru dès le départ essentiel au bon développement de la biodiversité.

Il ne s’agit pas ici de faire l’éloge de plantes « exotiques », nous restons dans des choses assez traditionnelles, qui rendent d’énormes services au final, tant pour et dans le sol, que pour les insectes en dehors, et pour nous en usage en cuisine par exemple.

Lorsque nous avons commencé, après 3 ans de mulch, à travailler la première parcelle du terrain, nous y avons implanté en premier lieu un romarin et 2 lavandins. Nous devons avoir aujourd’hui environ une centaine de plants, entre lavandes/lavandins, romarins, armoises, sauges, arbre à curry, thyms ,hysopes, mélisse, agastaches pour les pérennes, ainsi que bon nombre d’aromatiques annuelles comme le basilic.

Nous nous sommes rendus compte qu’au fur et à mesure où nous agrandissions les zones cultivées, lorsque nous plantions les aromatiques pérennes, il y avait une amélioration avec ce que nous cultivions, que ce soit de l’annuel (tomate par exemple) ou du pérenne (fraises par exemple). Cette amélioration tient sur plusieurs points, qui s’ajoutent souvent pour la plupart:

  • Les racines de nos aromatiques contribuent à l’amélioration du sol par décompactage,
  • Les racines des aromatiques vont aussi faire office de purification du sol, comme si vous aviez quelque chose qui contribue à un bon état sanitaire de votre sol,
  • Les racines permettent aussi à la vie souterraine, les vers de terre par exemple, mais pas que, de s’installer durablement,
  • Les aromatiques font souvent des fleurs, par forcément au même moment de l’année, permettant ainsi d’attirer une faune de pollinisateurs sauvages nombreuse et variée,
  • Les aromatiques diffusent dans l’air des parfums très agréables, ce qui n’est pas à négliger lorsque l’on travaille à proximité,
  • Les aromatiques permettent de créer de petits espaces avec de l’ombre tout en étant assez bas,
  • Les aromatiques fournissent aussi, après la taille les futures boutures pour de nouveaux plants mais aussi, s’il n’est point besoin de bouturer, de la matière végétale que nous broyons pour l’utiliser partout sur le terrain (la sauge officinale est parfaite pour ce genre de chose).

Voici pourquoi nous avons implanté sur tout le terrain, de nombreuses aromatiques, souvent en pérenne et vivace, afin d’obtenir tout ces bienfaits partout.

Vous avez les avantages, il y a aussi un inconvénient (au moins) et c’est l’espace. Ce que nous faisons, nous le faisons ainsi car nous avons de l’espace (2700m²). Une fois implanté, certaines sauges, par exemple, font presque 2m de diamètre et en fleur, elle peuvent monter assez haut, un bon 80cm voire plus. Certains de nos romarins officinaux font 1m20 de haut et un bon 80cm de diamètre. Les lavandins quand à eux prennent aussi beaucoup d’espace. Ces espaces seront perdus quoiqu’il arrive pour cultiver autre chose.

Le pérenne a un avantage c’est qu’une fois bien installé, il peut rester de nombreuses années, certains de nos lavandins auront 8 ans cette année. Il suffit d’un minimum d’entretien, de ne pas les raser au sol comme on peut voir parfois, et ils seront vos compagnons pendant de très nombreuses années.

Il existe un nombre important d’aromatiques et de médicinales, je vous conseille de vous renseigner au plus proche pour savoir ce qui s’installe bien chez vous, et ensuite d’agrandir vos espèces au fur et à mesure. Pas trop d’exotisme, pas au départ tout du moins, et vous devriez pouvoir les garder en votre compagnie de nombreuses années.

Voici ce que vous pouvez obtenir, en quelques photos, avec des aromatiques au jardin.

 

J’allais oublier, la dernière chose qui fait que l’on installe des aromatiques dans un jardin, c’est que c’est beau. Et ça, c’est déjà beaucoup.

Si vous aussi vous avez des aromatiques, ou si vous n’avez pas, si vous souhaitez en planter, n’hésitez pas à commenter, à laisser un message, ici ou sur la page Facebook, avec ou sans photo, pour demander conseil. Si nous savons ou pouvons vous renseigner, et même nous-aussi apprendre quelque chose, ce sera une bonne chose.


4 commentaires

raphael eskenasy · 31 janvier 2018 à 5h24

Il est très chouette votre blog. Merci !

anatole M · 19 février 2018 à 13h43

Bientôt il va falloir mettre le turbo, le printemps ne va pas tarder, bon courage pour la suite. Et si un jour je passe en Charente Maritime je n’hésiterais pas à venir vous rendre visite.
A pluche.

    Christophe · 19 février 2018 à 15h36

    Le turbo est déjà en chauffe, les fleurs de certains fruitiers sont déjà là (abricotiers). Nous sommes ouverts à toute rencontre, vous serez donc le bienvenu.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :